POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Let's start living dangerously || Betty, Al, Augusta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 18
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 151



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Let's start living dangerously || Betty, Al, Augusta Mar 21 Aoû - 22:21

"J'espère que tu fais gaffe". Voilà ce que lui avait dit Nelson après le communiqué de Chapman Rosier qui avait fait d'elle une fugitive pour de bon. "Ça ne se reproduira plus". Voilà ce qu'Alexa lui avait répondu. Elle avait tenu parole jusqu'à présent, c'était certain. Elle avait pris ses précautions, ne sortant presque plus dans le Londres sorcier, ou alors uniquement sous bonne couverture. Elle avait fait particulièrement attention à ne pas fréquenter les endroits trop dangereux, à se tenir à l'écart de la police, à l'écart de tout ce qui aurait pu mettre en danger l'Ordre et, accessoirement, sa propre vie. Pourtant, la jeune femme de presque vingt-sept ans n'avait pas arrêté de travailler pour l'Ordre, bien au contraire. Elle le faisait simplement plus discrètement. Voilà pourquoi elle n'avait pas hésité une seule seconde à suivre Augusta Londubat, une des plus ancienne membre, lorsqu'elle avait appris que cette dernière devait sortir. Oh, ce n'était pas une mission très périlleuse, juste une petite surveillance à distance. L'une comme l'autre étaient rodées à ce genre d'exercice de filature. L'homme à suivre était un membre du parti Merliniste qu'ils soupçonnait d'être là pour repérer toutes traces éventuelles de l'Ordre. Pas grand chose d'innovant, il y avait des taupes partout, même parmi ceux qui semblaient les plus fervent défenseurs des droits des nés-moldus.

"J'espère que tu fais gaffe".

Les choses s'étaient passées normalement, au départ. L'homme était allé passer quelques heures dans le siège du parti Merliniste, puis il en était sorti. Les deux femmes s'étaient mises à le suivre. Il avait ensuite fait tout un tas de haltes diverses et variées dans le Chemin de Traverse. Pendant une grande partie de l'après-midi, elles n'avaient fait que suivre un homme lambda qui faisait sa vie dans une rue marchande. Et puis, plus le soir tombait plus il avait eu l'air tendu. Il s'était finalement posé à la table d'un café un peu reculé, dans l'un des quartiers proche de la Tamise, et il avait attendu. Alexa et Augusta s'étaient installées un peu plus loin, protégées par divers sorts et potions - que la jeune femme avait pris grand soin de préparer, ne souhaitant pas refaire la même erreur que la dernière fois. L'homme avait alors rapidement été rejoint par un autre et... bingo. Un membre du parti Puriste. Même mieux : un Mangemort. Nombreux étaient ceux qui avaient rejoint les rangs de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom après la mort d'Harry Potter, comme ça avait également été le cas pour les rangs de l'Ordre. Ce nouveau venu devait tenir son petit réseau secret, espérant se faire bien voir s'il trouvait quelque chose d'intéressant.

Les deux femmes avaient observé un moment, puis, une fois qu'elles avaient vu ce qu'il y avait à voir, elles s'étaient levées pour partir.

"Ça ne se reproduira plus".

Peut-être que le polynectar, pourtant régulièrement repris, s'était légèrement diffusé. Peut-être que les sortilèges avaient légèrement flanché. Peut-être tout simplement qu'elles n'avaient pas été aussi discrètes qu'espéré. Toujours est-il que le regard du Mangemort s'était fait insistant quand elles avaient commencé à s'éloigner. Tellement insistant qu'il avait finit par les interpeller.

La suite s'était passée très vite. Tellement vite qu'Alexa ne comprenait toujours pas comment elle s'était débrouillée pour se retrouver à fuir un mélange de Police Magique et de Mangemorts dans les rues du Chemin de Traverse. Sa promesse à Sony n'avait finalement pas fait si long feu que ça, et voilà qu'elle se retrouvait de nouveau dans les embrouilles. Slalomant entre les sortilèges et les passants égarés, Alexa se félicitait cependant de se retrouver dans cette situation avec une alliée d'aussi bon choix qu'Augusta.  La sorcière était certes âgée, mais c'était encore une excellente duelliste, en témoignait leurs poursuivants, qui tombaient souvent sous sa baguette.

Le seul problème, c'était l'endurance. Même dans une forme olympique, le corps de la matriarche Londubat ne pouvait plus suivre le même rythme que dans ses jeunes années. Si Alexa aurait pu dévaler toute l'artère principale d'un bout à l'autre sans s'arrêter ni ralentir un instant, ce n'était pas le cas de sa partenaire, et elle en était bien consciente. Il fallait qu'elle trouve un moyen de s'éclipser, ou de semer leurs assaillants.

Les neurones tournant à plein régime, la baguette dégainée et lançant des éclairs, Alexa continuait ainsi d'avancer parmi la foule qui s'écartait au fur et à mesure sur leur passage, paniquée. La jeune femme regardait partout autour d'elle dans l'espoir d'entrevoir une solution. Manque de bol, elle connaissait mal l'endroit. La jeune femme n'était venu que très rarement dans cette partie du Londres sorcier, et à chaque fois, c'était pour se rendre chez...

Betty !

Ravie de l'éclair de génie qu'elle venait d'avoir, la jeune femme ne perdit pas de temps.

- J'ai une idée ! lança-t-elle à Augusta. Je crois qu'on peut les semer, mais il faut disparaître assez longtemps pour pouvoir s'enfoncer dans les ruelles !

Son regard se posa alors sur une plaque d'égout au sol, un peu plus loin devant elles. Alexa fronça le nez.

Quand il le fallait, il le fallait.

La jeune femme attendit la dernière minute pour mettre son plan à exécution. Alors qu'elle dépassait la plaque d'égout, elle agita sa baguette... et l'eau explosa à la surface. Une vague contenant les déchets d'une grande partie de la population sorcière se précipita alors vers leurs poursuivants et l'ancienne Médicomage attrapa immédiatement le bras de sa partenaire pour la tirer dans une ruelle à sa gauche.

Pendant plusieurs minutes, elles slalomèrent dans les couloirs étroits que formaient les différents immeubles, regardant régulièrement derrière elles si elles n'étaient pas suivies. Alexa finit par soupirer.

- Vous croyez qu'ils nous ont reconnus ? Je ne comprends pas pourquoi ils se sont mis à nous poursuivre, je n'avais pas l'impression d'avoir fait d'erreur. Vous allez bien ? demanda-t-elle ensuite à son aînée, inquiète pour elle. Désolée de vous avoir autant bousculé.

Entre Alexa et Augusta, il y avait une très grande différence d'âge. Pourtant, Alexa portait une affection certaine à la matriarche Londubat. Cette dernière était une combattante, une femme exceptionnelle qui avait toujours relevé de nombreux défis. La jeune femme aimait sa compagnie, même si elle n'était pas toujours tendre, et elle voulait lui donner une bonne impression d'elle-même. Elle aurait presque voulu la rendre fière d'elle, mais elles n'en étaient pas encore à ce stade-là dans leur relation.

- On devrait se dépêcher. On peut trouver refuge quelque part pas loin, allons-y avant qu'ils ne décident de trop remonter les ruelles.

Les deux femmes reprirent alors leur fuite. Il leur fallut plusieurs minutes et un ou deux détour pour finalement arriver au bon endroit. L'immeuble semblait totalement différent en plein jour, Alexa ne l'ayant vu presque que de nuit. Elle ne s'attarda pourtant pas sur l'aspect de leur cachette et entra dans le hall avant de s'engager dans les escaliers, ouvrant la voie à Augusta.

La jeune femme ne s'inquiéta de sa présence ici qu'une fois qu'elle fut devant la porte de Betty. Elle n'avait jamais débarqué à l'improviste à l'appartement de l'aînée des Holmwood-Black, et encore moins accompagnée - et encore moins avec une femme dépassant les soixante balais - alors elle ne savait pas comment elle allait être accueilli. Enfin, Betty faisait désormais partie de l'Ordre, alors il n'y avait pas de raison qu'elle les mette à la porte, mais n'en restait pas moins qu'Alexa avait agit sans réfléchir et qu'elle se trouvait maintenant un peu bête devant la porte de son amante.

- Foutue pour foutue, finit-elle cependant par soupirer, avant de toquer trois fois.

Il y eut un moment de battement, puis la porte s'ouvrit. Alexa entra immédiatement avec Augusta, refermant la porte à sa suite. Elle retira alors les sortilèges qui modifiaient son apparence et prit un air désolé de circonstance.

- Salut Betty. Désolée de débarquer comme ça, mais aurais-tu l'âme assez généreuse pour accueillir deux  femmes poursuivies par la police magique dans ton appart, le temps que ça se tasse ?

Autant faire passer ça sur le ton de l'humour, même si rien ne prêtait à rire. Une fois la question réglée, Alexa se dirigea vers l'une des fenêtres et regarda dehors. L'eau jaillissait toujours des égouts, assez loin de chez Betty pour que la plus jeune se sente un minimum rassurée. Au moins, ils se résigneraient à abandonner les recherches avant d'arriver ici.

- Je tiens à préciser que cette fois, j'y suis pour ri...

En se retournant, le regard d'Alexa s'était posé sur une quatrième personne. Un homme, et pas n'importe lequel. Elle l'avait déjà vu à de nombreuses reprises, et de ce que lui avait dit Betty, elle pensait à peu près savoir de qui il s'agissait. Sauf que cela n'arrangeait pas ses affaires.

Pas du tout, même.

Spoiler:
 

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de l'ODP ;; Empailleuse professionnelle

| Membre de l'ODP ;; Empailleuse professionnelle
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 12/02/2017
Parchemins postés : 31



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Augusta Londubat


MessageSujet: Re: Let's start living dangerously || Betty, Al, Augusta Dim 2 Sep - 16:22

Parfois les choses tournaient mal et il n'y avait pas d'explication pour ça. C'était curieux oui, cette mission n'avait rien d'exceptionnel au départ, filer une personne, la routine, presque ennuyeux même, rien n'avait laissé penser que cela dégénérait de cette façon ! En fait, la vieille femme c'était sentie ravie lorsque les choses avaient prit un tournant plus musclé, au moins là il y avait de l'action et elle préférait lorsque ça bougeait. Or, elle avait évité de faire part de son enthousiasme à sa jeune équipière car, celle-ci n'avait pas semblé apprécier la plaisanterie, elle était jeune, elle avait peur de la mort, Augusta quant à elle en avait vu et vécu bien d'autre, de situations dangereuses.

En tout cas, Alexa avait de la ressource, la vieille sorcière ne pouvait pas le nier, cette idée avec la bouche d'égout était tout à fait intéressante, spectaculaire et efficace aussi, elle savait également ou se réfugier en cas de danger, ce qui pouvait s'avérer utile même si encore une fois, Augusta aurait préféré plonger dans la mêler et en découdre avec leurs poursuivants. Elle ne l'avait pas fait, pas pour sa propre survie mais pour celle de sa coéquipière, elle ne se serait pas pardonné si celle-ci serait morte à cause de son tempérament casse coup.

Elles avaient donc atterrit dans une maison ou un appartement elle ne savait pas trop, cela n'avait pas d'importance de toute manière. Deux autres personnes se trouvaient là, une femme et un homme, des amis d'Alexa ? La vieille sorcière ne les connaissait pas, toujours méfiante elle préféra garder sa baguette en main, tout en examinant les lieux. Elle se rendit soudainement compte qu'elle n'avait pas répondu à la jeune femme lorsqu'elle lui avait demandé si elle allait bien ; eh bien, vu les circonstances, oui, elle allait plutôt bien, juste frustré en réalité. L'envie de sortir dehors et aller pourchasser leurs poursuivants l'assaillit soudainement, c'était difficile d'y résister !

Augusta tenta de se raisonner intérieurement, avec un tel nombre d'ennemis elle y passerait sûrement et Neville perdrait ainsi l'un des derniers membres de sa famille, ne serait ce pas une terrible perte pour lui ? Perdu dans ses réflexions, la vieille femme fixa la rue à travers la fenêtre d'un regard intense, quelqu'un, un ennemi, allait-il surgir ? Peut-être qu'à partir de ce point de vue elle pourrait jeter des sorts, ce n'était pas aussi grisant qu'un combat face à face mais c'était mieux que rien n'est-ce pas. Or une petite voix dans sa tête lui souffla que cela pourrait compromettre la sécurité des autres personnes présentes, notamment la propriétaire des lieux, qui pourrait mal le prendre, dommage.

Augusta devait se rendre à l'évidence, elle n'abattrait pas d'ennemis aujourd'hui, comme ce ne serait pas aujourd'hui qu'elle réaliserait son rêve fabuleux d'empailler des mangemorts, qu'elle tristesse ! Arrachant son regard de la fenêtre, elle lança sur un ton détaché :

« Alors, nous sommes arrivés à temps pour l'heure du thé ? »

son ton était détaché certes, mais son regard restait dur, autoritaire, un curieux mélange ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Apothicaire mal embouché
    |  Apothicaire mal embouché
    avatar
    Date de naissance du joueur : 10/03/1981
    Âge du joueur : 37
    Arrivé sur Poudnoir : 30/08/2015
    Parchemins postés : 159



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Al Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Let's start living dangerously || Betty, Al, Augusta Lun 10 Sep - 21:42

« Pas question. »

Pour une fois,Vega avait tenu bon face à ses rejetons. C'était pour le moins étonnant, car l'homme était en général plus facile à retourner qu'un pancake. Mais cette fois, c'était niet. Plus jamais de retransmission de match de Quidditch à la maison. La dernière fois, les trois chérubins avaient gueulé comme des porcs, l'un d'eux s'était payé le luxe de dégueuler sa bière dans les escaliers, et pour couronner le tout, Grandma avait failli foutre le feu à la maison en essayant de tirer un feu d'artifice magique. Alors non, non, non et encore non. Rien n'y avait fait ; le père indigne avait campé sur ses positions malgré promesses, menaces et arguments.

« Tant pis, avait fini par lâcher Betty. Z'avez qu'à venir chez moi, mais vous avisez pas de gerber dans l'escalier ou j'vous noie dans votre vomito, c'est vu ? »

Vega, décidément peu perméable à l'importance d'un Vagabonds-Frelons, avait refusé de faire la fermeture seul. Orion s'était dévoué pour rester, confiant le soin à son jumeau de passer chercher les pizzas avant de débarquer chez la frangine. Le pizzaiolo du Chemin de Traverse n'avait même plus besoin de leur commande pour savoir quoi leur préparer, les soirs de match. Betty fournissait les bières, avait-elle dit ; finalement, songea Al en récupérant ses pizzas, il n'y avait qu'Orion qui ne fournissait que sa propre gueule. Radin, va.

Betty, en femme respectueuse des traditions les plus pures du monde magique, se trimballait vêtue d'un maillot aux couleurs des Vagabonds.

« Vraiment dégueulasse, ta nouvelle chemise de nuit » , commenta Al, avec un regard de mépris au maillot, lorsque son aînée lui ouvrit la porte.

Lui-même arborait la tenue grise et blanche des Faucons, et Orion, lorsqu'il arriverait, renforcerait le fan-club de Falmouth. Betty était seule supportrice des Vagabonds, mais cela ne l'empêchait pas de faire au moins autant de bruit que ses deux frères réunis.

Sans plus de politesses, Al se laissa tomber sur l'un des fauteuils du salon. La radio était déjà branchée, retransmettant l'ambiance d'avant-match à Wigtown. Ça gueulait ferme, là-bas. Peu intéressés par le bavardage du commentateur qui meublait comme il pouvait en racontant que le gardien des Vagabonds venait d'être papa pour la huitième fois, Al et Betty commencèrent à faire honneur aux bières, tout en échangeant, comme à leur habitude, de littéraires propos. Au bout de quelques cannettes, Betty annonça tout en débouclant sa ceinture qu'elle allait s'en pisser une, tandis qu'Al se demandait à haute voix pourquoi il n'y avait jamais de pizza au menu à Poudlard. Il fut interrompu par des coups frappés à la porte. Betty l'invita à aller ouvrir au lieu de philosopher, et il s'exécuta en gueulant à l'adresse de la porte :

« Eh ben, il était temps, ducon ! »

La personne de l'autre côté n'avait pas du tout une tête de ducon. De duconne, oui, mais pas de ducon. Al remballa la tirade poétique qu'il s'apprêtait à servir à son jumeau, et lâcha d'une voix blanche :

« Euh... salut. »

C'est qui, ces deux gourdasses ? Inconnues au bataillon, du moins jusqu'à ce que la première entre et reprenne sa véritable apparence. La belle-soeur, accompagnée d'une vieille dame qui demanda si c'était l'heure du thé. Tandis que Betty revenait au galop tout en se reculottant, Al fit :

« Euh... le thé... c'est pas tellement notre tasse de... »

Prenant conscience que sa phrase n'allait le mener nulle part, sinon à un ridicule total, il jugea préférable de se taire et de laisser à sa sœur, la maîtresse de maison, le soin de comprendre quelque chose à ce pataquès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre du MpM ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/03/1988
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 03/02/2017
    Parchemins postés : 459



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Betty Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Let's start living dangerously || Betty, Al, Augusta Mer 14 Nov - 19:45

Betty s’affairait à mettre un peu d’ordre dans le bololo qu’était son appartement. Mais vu l’énergie qu’elle dépensait pour faire remarquer aux jumeaux qu’ils étaient des crados et des feignants et qu’elle avait fréquenté des bobinards qu’étaient mieux rangés que leur piaule, il fallait qu’elle fasse au moins semblant d’être un peu organisée et propre quand ils se radinaient. Puis si l’un d’entre eux tombait, encore, sur une culotte oubliée dans les tréfonds du canapé, ça allait encore faire des histoires. Un petit coup de baguette par-ci, un autre par là, et voilà, c’était présentable, bien assez pour ces deux glandus. Sans être une véritable fée du logis, Betty estimait être une ménagère raisonnablement douée, bien aidée par ses jeunes années passées à jouer les bonniches chez son paternel. En plus elle leur avait même réservé une surprise, d’ordre culinaire.

La première moitié du duo gémellaire fit enfin son apparition. Et puisque c’était Al’ qui venait de s’écrouler dans un fauteuil, avec la grâce d’un hippogriffe en surpoids, elle en déduit donc que c’était l’héritier qui se coltinait la fermeture de la boutique avec le vieux. Betty et Al’ en profitèrent pour trinquer à sa bonne santé, en lui souhaitant de bien s’amuser. La solidarité familiale, ils laissaient ça à ceux qui avait le temps pour ces conneries.

« Mon vieux, si tu savais QUI j’enfile avant d’aller dormir... » se contenta-t-elle de répliquer, avec son élégance caractéristique, à la remarque de son frère sur son maillot des Vagabonds.

Le niveau de la bière descendait tandis que montait l’ambiance dans le stade, dont le raffut se faisait entendre depuis le poste de radio. Betty s’éclipsa en direction de la salle bain, jugeant préférable d’avoir la vessie vide pour le coup d’envois. Ça faisait trois saisons que les Vagabonds n’avaient pas gagné un match, mais qui sait, un miracle pouvait bien se produire, et elle ne voulait pas se pisser dessus dans l’excitation du moment le cas échéant. Elle ne prit même pas la peine de fermer la porte, on était en famille oui ou merde ? Puis en même temps, elle en profita pour exposer au frangin ses idées sur la pizza à Poudlard : s’il n’y en avait pas, c’était une directive fasciste. Elle ne savait pas bien ce que le mot fasciste signifiait, elle l’avait découvert récemment, selon toute vraisemblance, c’était un genre de purisme moldu, mais le mot lui plaisait et elle l’employait à toutes les sauces.

Betty se décida enfin à quitter le trône et à interrompre sa diatribe sur la politique et la pizza, en attendant les coups frappés à la porte d’entrée.

« Tiens te voilà toi, pourquoi tu fais des heures supp ? t’es déjà le préféré de papa ! » lança-t-elle à la volée, pensant s’adresser à Orion.

Mais le « salut » qui parvint à ses oreilles, semblait indiquer que ce n’était pas le frangin qui se trouvait de l’autre côté de la porte. Elle sauta dans son jean aussi vite qu’elle le pouvait, et débarquait dans le salon au pas de charge. Elle n’aimait pas les visites à l’improviste. Et à juste titre, se retrouvée nez à nez avec deux membres de l’Ordre du Phénix, recherchées par le bureau des Mangemorts en plus, ce n’était pas ce qu’elle avait prévu de faire de son après midi. Et si ceux deux là se pointaient sans être annoncé, y’avait sûrement du grabuge dans l’air.

Sans rien dire, elle referma la porte d’un geste sec, et sorti sa baguette de la poche arrière de son jean. Et lança une série de sortilèges dans l’appartement.

« Salveo maleficia, Protego totalum, Assurdiato »

Son appartement bénéficiait déjà de toutes les protections magiques régulières, mais au vu de la nature des deux dernières arrivantes, un peu de surplus ne pouvait pas faire de mal.

« Voilà » Elle fit un geste en direction du salon, invitant les deux femmes à aller s’asseoir. « Maintenant on peut causer. »

La bonne humeur de Betty semblait s’être envolée en même temps que la porte s’était ouverte. Mais la jeune femme prenait son engagement au sein de l’Ordre très au sérieux, et l’arrivée des deux fugitives pouvait très bien la compromettre. Et se pointer, comme ça, au domicile d’un autre membre, c’était enfreindre les règles de sécurité les plus élémentaires. Si Sonny entendait parler de ça, il allait en faire une syncope.

La briseuse de sort fit rapidement les présentations :

« Alexa, Augusta, mon frère Al’, vous pouvez parler devant lui. Il est digne de confiance. »

Un « ding » sonore se fit entendre dans la cuisine. « Ah putain ! Ma tarte. » D’un coup de baguette, elle ouvrit la porte du four, et attira la tarte jusqu’à la table basse du salon. « Ouai, j’ai fait une tarte aux fraises. Me regardez pas comme ça, ça m’arrive quand je suis de bonne humeur. »

D’un geste du pied elle empêcha Jules César, par l’odeur alléchée, de mettre son nez dans la tarte, s’enfonça  dans le canapé et décapsula une autre bière.

« Alors, vous allez m’expliquer ce que vous foutez chez moi, avec le police magique au derch’, et, sans vouloir vous vexer, sentant vaguement les chiottes du stade un soir de match. »

Elle augmenta légèrement le volume de la radio. Police magique ou pas, elle ne voulait pas rater le coup d’envoi.

____________________________________
HOLMWOOD IS THE NEW BLACK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Let's start living dangerously || Betty, Al, Augusta

Revenir en haut Aller en bas

Let's start living dangerously || Betty, Al, Augusta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique
-