POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Tu seras un homme, mon fils || Drago et Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Mangemort ;; Membre du bureau des mangemorts
    | Mangemort ;; Membre du bureau des mangemorts
    avatar
    Date de naissance du joueur : 18/05/1999
    Âge du joueur : 19
    Arrivé sur Poudnoir : 24/12/2017
    Parchemins postés : 21



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: Non évalué
    Ma résistance magique est de: Non évaluée
    Riyadh Shafiq


MessageSujet: Tu seras un homme, mon fils || Drago et Evan Sam 12 Mai - 20:20

Le plus difficile, dans tout ça, c'était de garder le secret. Riyadh n'avait pas eu besoin des recommandations de Chapman pour tenir sa langue, mais il craignait toujours de commettre une gaffe – ou, ce qui était plus probable, que sa femme en commette une. Car Rose avait assisté à cette fameuse soirée chez son parrain, avec son époux et Adrian ; ils étaient désormais au nombre des rares personnes à connaître le secret de la filiation de Riyadh. Bien sûr, tous avaient promis de garder le secret ; le Directeur de la Justice Magique avait une image d'homme intègre et austère, et personne ne devait savoir qu'il avait, jadis, fait un bâtard à une très jeune fille éperdument amoureuse. Mais avec Rose, on ne pouvait être sûr de rien, ou alors du pire. Riyadh ne cessait de se demander à quel moment elle laisserait échapper l'information capitale, en toute bonne foi bien entendu car elle ne trahirait jamais sciemment son parrain. On pouvait parier qu'une certaine presse de bas étage se délecterait d'une telle rumeur, et le Mangemort, homme discret, ne tenait pas à être au centre d'une tourmente médiatique.

Quoi qu'il en soit, c'était une nouvelle sensationnelle pour le jeune homme. Il avait passé sa vie à se demander qui était son père, à craindre que ce fût un minable, un séducteur à la petite semaine, ou même un sang-de-bourbe – et voilà que ce n'était autre que Chapman Rosier, un homme pour lequel il avait toujours eu le plus grand respect. Cela donnait à réfléchir. Toutes les conséquences ne lui étaient pas apparues d'un seul coup ; il lui avait fallu quelques instants pour réaliser qu'Adrian, son ami Adrian, n'était autre que son neveu, et, peu à peu, bien d'autres liens lui avaient sauté aux yeux. Le dernier en date concernait Evan Rosier, un autre neveu, qui causait quelques soucis à sa famille. Pas qu'il fût idiot, au contraire ; il avait du potentiel, mais il jouait à l'adolescent rebelle, et refusait farouchement l'autorité de son grand-père. Sale gosse. Pas un instant Riyadh ne s'était imaginé que la poigne de Chapman puisse être trop pesante pour un garçon de dix-sept ans. Lui-même n'avait jamais été un contestataire, et il ne comprenait pas ce que ce gamin pouvait bien avoir à redire. Pauvre petit privilégié, avait-il envie de lui dire. Plus il y songeait, plus il était certain que ce gosse avait besoin qu'on le prenne en main pour révéler son potentiel. Il se gâchait en jouant au petit bourge blasé. Eh bien ! Ton oncle (même si tu ne sais pas qu'il l'est) va se charger de ton éducation, mon garçon. Il devait bien ça à Chapman, et à la famille. Noblesse oblige.

Riyadh n'avait pas encore décidé comment il allait concrètement aborder le problème, ce matin-là, alors qu'il arrivait au Ministère pour attaquer sa journée de travail. L'Atrium grouillait de monde ; les élèves de Poudlard se rendaient à leurs cours, et les employés du Ministère à leur bureau. Tout ce petit monde se croisait sans cesse ; on se serait cru dans une fourmilière géante. Avisant un jeune homme qui observait lui aussi ce mouvement d'un oeil vaguement dégoûté, il s'approcha et lança :

"C'est étourdissant, n'est-ce pas ? Bonjour, Drago, ajouta-t-il avec un sourire comme l'autre se retournait. Comment allez-vous ?"

Drago Malefoy venait régulièrement au Ministère, et les employés ne lui adressaient la parole qu'avec beaucoup de déférence. Riyadh, lui, se sentait à l'aise avec le fils du Ministre, et plus encore depuis qu'il se savait d'aussi noble origine que lui. Fils de Ministre ou pas, Drago restait un gamin qui avait encore beaucoup à apprendre... Riyadh le fixa avec une soudaine attention et, pris d'une inspiration, fit :

"Si vous avez un peu de temps pour un café, Drago, j'aimerais vous parler. J'ai un conseil à vous demander, ça tombe bien que je vous rencontre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 21
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 377



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Tu seras un homme, mon fils || Drago et Evan Mer 25 Juil - 18:28



Tu seras un homme, mon fils

« On naît avec un héritage. On passe une partie de sa vie à vouloir s'en défaire. »




Le Ministère. S'il n'avait pas à s'y déplacer pour faire un discours ou pour une inauguration quelconque, Drago préférait l'éviter. Ce n'était pas tant le Ministère en lui-même qui le rebutait, mais cet attroupement d'impurs qui passaient bien trop près de lui dans les couloirs, et qui s’amassaient près de lui pour lui parler. Il se sentait nettement mieux au siège du parti, où il n'était entouré que de pairs et de personnes aux mêmes valeurs que lui. Il avait surtout son propre bureau, et personne ne venait l'arrêter pour lui lécher les pieds. Pas qu'il n'aimait pas se faire complimenter, mais lorsque c'était en plein milieu du Ministère et par des sorciers du bas peuple, ça n'avait pas le même effet.

Pourtant, Drago devait s'y rendre de temps à autres. Par convocation, compte rendu, rendez-vous, besoin urgent ou simplement aller faire un caprice auprès de son père. Aujourd'hui, il sortait d'un rendez-vous avec le directeur de la Police Magique, afin d’organiser la sécurité pour un événement puriste à venir. En sortant du bureau, Drago pu souffler un peu. Volker Günthers était un homme plutôt atypique, avec lequel le jeune homme n’était pas très à l’aise. Se passant une main sur la figure pour se reprendre, il jeta un œil à la pendule sur le mur face à lui. Il était encore assez tôt, nombreux étaient les employés à commencer à cette heure là. Drago préférait placer ses rendez-vous tôt dans la matinée, de cette façon il évitait la foule et pouvait travailler l’esprit serein. Seulement, l’entretien avait duré plus longtemps que prévu, aussi aurait-il à se frayer un chemin sans se faire embêter : tâche impossible.

Il défroissa sa veste, et s’engagea dans les couloirs. La Justice Magique était encore le département qu’il préférait. Les valeurs qui étaient véhiculés ici étaient plus semblables aux siennes que dans tous les autres départements. Même si son statut de Mangemort le tracassait, c’était toujours plus simple d’être auprès d’eux que de petits sang-mêlés gênants et sans importance. Rejoignant l’Atrium, Drago se dit qu’il était peut être temps de prendre son petit déjeuné. Une petite pause ne pourrait que le revitaliser avant de rentrer au Siège et de pouvoir travailler en toute tranquillité.

Rêvant au tas de petits gâteaux qui pouvaient l’attendre, Drago se fit bousculer par un groupe d’élèves se rendant à leur cours, s’excusant à peine avant de filer. Écœuré, il dévisagea les mômes qui s’échappaient vers les ascenseurs. Un frisson de dégoût le submergea quand il entendit un voix familière l’appeler. Se retournant, Drago tomba sur Riyadh Shafiq, un Mangemort avec lequel il s’entendait plutôt bien. Mieux valait-il que ce soit le cas, Drago n’aurait pas souhaité l’avoir pour ennemi.

    ▬ Bonjour Riyadh, le salua-t-il avec un sourire. Je vais comme un jour où je suis obligé de venir ici. Mais admettons que tout va bien, et vous ?


Sur tous ceux qui auraient pu s’adresser à lui ce matin, il n’était pas trop mal tombé. Riyadh n’était pas du genre collant, et il disait ce qu’il avait à dire. Parfois, ce n’était pas plus mal.

    ▬ Justement, je comptais prendre une pause, alors un café n’est pas de refus, acquiesça-t-il. Je vous suis, mais si l’on pouvait éviter un coin trop fréquenté. Il n’y a rien de grave j’espère ? Cela concerne le travail ?
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Mangemort ;; Membre du bureau des mangemorts
    | Mangemort ;; Membre du bureau des mangemorts
    avatar
    Date de naissance du joueur : 18/05/1999
    Âge du joueur : 19
    Arrivé sur Poudnoir : 24/12/2017
    Parchemins postés : 21



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: Non évalué
    Ma résistance magique est de: Non évaluée
    Riyadh Shafiq


MessageSujet: Re: Tu seras un homme, mon fils || Drago et Evan Mar 7 Aoû - 23:52

La vie de Riyadh avait pris un tour nettement plus intéressant avec la création, quelques mois auparavant, du Bureau des Mangemorts. Lui qui n'avait été jusque-là que le mari de sa femme (certes, c'était un job à temps plein) s'était trouvé une carrière idéale. Que demander de mieux ? De l'action, même s'il ne faisait pas partie des gros bras spécifiquement chargés de cogner, faute de savoir faire autre chose ; des occasions de faire travailler ses méninges, et du pouvoir. Sans être avide de pouvoir, Riyadh aimait se sentir au-dessus du lot, et c'était bien le cas depuis qu'il était membre du Bureau. Les employés du Ministère se ratatinaient pour ne pas le bousculer, on lui cédait la priorité dans les ascenseurs, et auprès des petites secrétaires aussi. Les élèves de Poudlard eux-mêmes s'écartaient vivement de son chemin. Les gamins avaient vite appris à reconnaître les gens qu'il valait mieux éviter d'importuner au Ministère, à commencer par les Mangemorts. Instinct de survie, quand tu nous tiens.

Bref, Riyadh se sentait bien au Ministère. Tout ça, c'est un peu à moi. Il regardait l'agitation de l'Atrium avec infiniment plus de tendresse que son collègue Drago Malefoy – mais ce n'était pas étonnant, ce garçon-là avait le dédain chevillé au corps. Il ne savait pas profiter de ces petits moments de plaisir que peut procurer le contact de la plèbe. Shafiq avait été un de ces sans grade, à Poudlard, il avait dû gravir seul les échelons, et pouvait désormais jouir du résultat de ce labeur acharné. Plus personne ne s'était aventuré à le traiter de bâtard depuis ses treize ans ; à présent, il comptait parmi la haute société, pour ne pas dire l'aristocratie. Et encore, si vous saviez ! Mais il fallait se taire. Pour tout le monde, il devait rester le cousin orphelin de son épouse. Il n'y avait qu'en privé qu'il pouvait se payer de luxe d'appeler Chapman Rosier "père". Si l'on pouvait mourir de frustration, alors Riyadh Shafiq avait un pied dans la tombe.

Comme il s'y attendait, Drago accepta bien volontiers de prendre un café avec lui ; réfléchissant toujours à la manière d'aborder la question, Riyadh fit avec un sourire :


-Non, ça ne concerne pas le travail. Il s'agit d'une affaire privée. Venez, je vais vous expliquer tout ça au calme.

Il prit la direction de l'ascenseur, et, curieusement, la cohue se dissipa autour d'eux, si bien qu'ils se trouvèrent seuls dans la cabine. Arrivés au département de la Justice Magique, Riyadh conduisit Drago jusqu'à une petite pièce ; en sa qualité de familier du Directeur de département, il avait droit à son propre bureau, si exigu fût-il.

-Entrez, Drago, et installez-vous. Je suis à vous dans un instant.

Il s'absenta quelques secondes, le temps d'aller ordonner à une secrétaire d'apporter du café, laissant son collègue dans la pièce maniaquement rangée. Sur le bureau, deux piles nettes de dossiers, séparées par des parchemins impeccablement empilés, bien parallèles au rebord du sous-main de cuir, lui-même aligné sur l'arête du bureau. Trois fauteuils complétaient l'ameublement du bureau, et un oeil exercé aurait pu voir que les sièges réservés aux visiteurs avaient été positionnés de manière parfaitement symétrique. Riyadh avait à peine eu le temps de gagner son fauteuil qu'on toqua à la porte ; une pimpante jeune femme entra, précédée d'un plateau qu'elle déposa sur le bureau en adressant à Riyadh un sourire qui se voulait timide. Toi, ma garce, tu ne perds rien pour attendre, songea le Mangemort qui marmonna :

-Merci, Olivia.

Il la suivit du regard tandis qu'elle quittait la pièce, et attendit que la porte fût bien fermée pour, tout en servant le café, prendre la parole :

-À nous deux. Avant tout, je dois insister, Drago, sur le fait que ce que je vais vous dire doit rester entre nous. Je sais que vous comprendrez. Alors... je viens au fait. Vous savez que j'ai l'honneur de bien connaître monsieur Rosier, qui est le parrain de Rose. Eh bien ! Je parlais l'autre soir avec lui, et il me disait que son petit-fils Evan lui causait du souci. Vous devez le connaître. C'est un garçon pas plus bête qu'un autre, mais qui peine à trouver sa voie. Vous savez ce que c'est... un gamin trop gâté, qui ne se rend pas compte de sa chance et se rebelle contre sa propre famille.

Il prit une gorgée de café, pour laisser à son interlocuteur le temps d'assimiler ces premiers éléments, puis poursuivit :

-C'est un gamin qui a besoin qu'on l'aide à devenir un adulte, en somme. Il ne faudrait pas que son insouciance lui joue des tours, vous comprenez ? Il a des choix à faire et il n'a pas droit à l'erreur. Mais si les conseils viennent de son grand-père, il les rejettera par principe.

Riyadh poussa un soupir à cette pensée, et reprit :

-Il faut que quelqu'un d'extérieur prenne ce gosse en main, et je me proposais de le faire, mais j'hésite sur la façon de procéder. Vous qui connaissez Evan, vous pouvez peut-être m'aider à... euh... choisir la bonne méthode ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tu seras un homme, mon fils || Drago et Evan

Revenir en haut Aller en bas

Tu seras un homme, mon fils || Drago et Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Ministère de la Magie :: Niveau 2, Département de la Justice Magique :: Bureau des Mangemorts
-