POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Pas Le Temps Pour Les Regrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | Gryffondor ;; 6ème année

| Gryffondor ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1200



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Pas Le Temps Pour Les Regrets Mer 27 Juin - 11:50

Ploc ploc ploc, les morceaux de craies pleuvaient avec un bruit sourd sur la tête de Cassidy, à peine étouffés par les hurlements déments de l’esprit frappeur. La Gryffondor poussa un long soupir exaspéré en passant machinalement la main dans ses cheveux. Il ne fallait pas s’étonner de la pénurie de craies dans les classes si elles étaient essentiellement utilisées comme projectiles par le poltergeist. Peeves, de par sa nature d’esprit frappeur était bien souvent irrationnel et totalement mesquin, il était imprévisible, incontrôlable et agissait sans se soucier des conséquences, si ce n’était de faire le plus de dégâts possible. Pour autant qu’elle sache, Cassidy ne connaissait pas de moyen efficace pour se débarrasser de lui, essayer de le raisonner n’était qu’une perte de temps, qui ne vous apportait rien d’autre que des bleus supplémentaires, et Cassidy n’étant pas le redouté Baron Sanglant, elle ne possédait pas une carrure suffisante pour effrayer l’esprit frappeur. En règle général lorsqu’elle croisait ce fléau dans les couloirs, la meilleure solution était de baisser la tête et de vous sauver par un chemin de traverse. Malheureusement pour les deux adolescents, Peeves bloquait présentement le chemin le plus direct jusqu’aux cuisines, et par les temps qui courraient, il n’était pas conseillé de faire trop de détours dans les couloirs la nuit.

Cassidy releva la tête, plaça ses mains sur ses hanches et posa sur l’esprit frappeur un regard illuminé par une lueur de défi. Elle avait passé une journée assez pénible comme ça, et estimait qu’elle avait amplement mérité le droit d’aller à la cuisine manger un ou deux gâteaux, sans être importunée par un esprit frappeur mal embouché. Cassie en avait assez de baisser la tête et de se faire maltraiter par Peeves, il était temps d’agir. Elle toisa le petit homme, en essayant de prendre un air assuré.

« Dis donc, Peeves, plutôt que de gaspiller des fournitures scolaires, va donc voir Russard, quelqu’un a jeté un sort à sa chatte, tu devrais aller lui remonter le moral. »

L’esprit frappeur interrompit son saut périlleux en milieu de course, et, la tête en bas, jeta un regard soupçonneux sur Cassidy.

« Un sortilège ? Sur Miss Teigne, vraiment ? Et elle était mal en point ? » demanda l’esprit frappeur, avec un sourire de délectation.
« Plutôt, elle était raide comme une planche. »
« Excellent, excellent ! »
commenta Peeves, en laissant échapper un rire sadique.

Visiblement satisfait par cette explication, il s’éloigna en caquetant comme un fou, à la recherche de Russi, hurlant comme le fou qu’il était. Il vida néanmoins les dernières craies qu’il cachait au fond de ses poches sur Damon et Cassidy, mais c’était là un moindre mal. De nos jours, si vous parveniez à échapper à Peeves sans avoir à mettre le feu à vos sous vêtements, vous pouviez considérer que vous vous en étiez bien sorti. Encore que Cassidy aurait aimé comprendre ce que l’esprit frappeur trouvait de si réjouissant dans le concept de faire brûler les caleçons des gens. Un jour, elle se pencherait sur cette question épineuse.

Cassidy n’eut même pas le temps de pousser un soupir de soulagement en regardant l’esprit frappeur s’éloigner vers sa prochaine victime que déjà des bruits de pas se faisaient entendre. Bon sang de sang pur, pour une école où l’on n’avait pas le droit de se promener la nuit, ces couloirs étaient plus fréquentés que le Chemin de Traverse un jour de marché. La Gryffondor se rapprocha de son condisciple, elle posa son index sur ses lèvres, invitant Damon a gardé le silence, tant qu’ils ne savaient pas qui ils avaient en face d’eux. Comme lui, elle sortit sa baguette, on rencontrait trop peu d’amis le soir dans les couloirs de Poudlard.

Les bruits de pas s’intensifiaient, à en juger par le claquement sur le sol de pierre, deux personnes se rapprochaient. Cassidy retient son souffle, et renforça sa prise sur sa baguette. Soudain, deux Serdaigles déboulèrent pour faire face aux deux Gryffondors.

« SHIELD ! »
« FAULKNER-NOTT ! »


Rowan Shield, rien de moins. C’était un élève de quatrième année, avec lequel Cassidy avait eu plus d’une sérieuse dispute. Incompatibilité de personnalité. Il accusait la blonde d’être une intello snob, elle trouvait qu’il était un imbécile à la grosse tête. Sans attendre, elle pointa sa baguette sur les deux bleu et bronze.

« Qu’est-ce que vous faites là ? »
« Et vous, qu’est-ce que vous faites là ? »
« La même chose que vous. »
« Nous, mais on ne fait rien. »
« Et voilà, nous aussi, on ne fait rien. »


Cassidy fixait toujours Shield dans le blanc des yeux, tandis que la tension s’installait dans le couloir, incapable de se décidée à tourner les talons en direction des cuisines, ou à lui jeter un sort, simplement parce que son attitude lui était insupportable.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 01/10/2017
Parchemins postés : 13



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Damon Z. Rowntree


MessageSujet: Re: Pas Le Temps Pour Les Regrets Lun 30 Juil - 19:56

Ah, il ne c'était pas attendu à ce que les bruits de pas soient bêtement ceux de deux condisciples, des élèves de Serdaigle visiblement. Damon se sentit soulager, deux élèves ne pouvaient être plus terribles que les Carrow ou un Russard en colère. Personnellement, le jeune homme ne connaissait pas ces deux élèves, juste de vue et jamais il ne les avait vus jeter des sorts impardonnables sur qui que ce soit (ce qui était également une bonne nouvelle). Or, ce soulagement ne le fit pas perdre conscience qu'ils se trouvaient tous les quatre au milieu d'un couloir, après l'heure du couvre-feu, mieux valait bouger selon son propre avis. De ce fait, il déclara tout simplement :

« Dites, on pourraient aller discuter ailleurs non ? Genre dans les cuisines par exemple, ou autre part, peut importe mais si on se fait chopper là, on va se faire massacrer. »


Il se demanda comment Cassydi c'était débarrassé de l'esprit frappeur, à vrai dire il n'avait pas fait attention à ce qu'elle avait dit ou fait, en tout cas cela avait été efficace. Que faisaient ces deux élèves dans les couloirs aussi, c'était curieux, cela l'intriguait énormément en fait (même si au fond ce n'était pas vraiment ses affaires). Damon ne comprenait pas l'origine de cette soudaine tension, sa camarade avait elle quelque chose à reprocher aux deux Serdaigles ? Bien possible, est-ce que cela allait dégénéré en un duel dans les couloirs, il espéra que non (quoique, un petit duel pouvait être distrayant, avant qu'ils ne se face tous écorcher vif). Ses pensées furent couper nette lorsqu'un nouveau bruit de pas se firent entendre, par Merlin ces couloirs la nuit devenaient de vrais lieux de rencontre, à croire que personne ne dormaient la nuit. Or, en plus des pas, une voix ce fit également entendre, la voix de Russard parlant à son chat maléfique, ah visiblement elle devait être guérie. Damon n'avait franchement pas envie de traîner dans le coin, autant éviter le concierge le plus possible non ?

« Ouai, bah, vous faites ce que vous voulez mais moi je me casse »

Les cuisines, ce n'étaient pas là qu'ils voulaient aller en premier lieu ? Oui, c'était plutôt une bonne idée, en plus cela avait l'avantage d'être loin de ce couloir bien trop encombrer de monde. Le jeune homme ce mit alors en route, n'attendant pas les autres, s'ils avaient envie de l'accompagner tant mieux, s'ils préféraient se provoquer un duel dans le dit couloir, eh bien, certaines personnes aimaient à vivre dangereusement n'est-ce pas. En réalité, il n'avait pas réellement peur de Russard mais, il avait peur des Carrows et le concierge aimait à les convoquer, aimait à voir des élèves se faire torturer, souvent pour rien, juste pour son plus grand plaisir. De plus, Russard étant dans le coin, Peeves allait sûrement re-pointer son nez, après tout le vieux cracmol était sa victime favorite. Une lueur argentée le fit soudainement sursauté, heureusement ce n'était qu'un fantôme : Nick-quasi-sans-tête. Le fantôme n'était plus tout à fait le même depuis la mort de Dumbledore et l'avènement du Seigneur des Ténèbres, de l'avis de Damon, le fantôme semblait déprimer. Le jeune homme se dirigea vers lui, certes il était déprimer mais toujours amical, c'était toujours agréable de discuter avec lui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 6ème année

| Gryffondor ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1200



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Pas Le Temps Pour Les Regrets Mar 13 Nov - 19:28

Cassidy dévisageait Shield, et sa comparse avec une morgue teigneuse. Présentement il ne lui avait rien fait, mais depuis la rentrée, l’ambiance était à couteaux tirés entre les deux. Et là, ça la démangeait fortement de lui envoyer un maléfice de chauve-furie en place face, comme ça, gratuitement, parce que sa tête ne lui revenait pas. Enfin gratuitement, c’était vite dit, elle l’avait distinctement entendu murmurer un « pfff, tête d’ampoule » à son égard lors du dernier cours d’histoire de la magie, c’était peu-être le moment de laver cet affront. Oui, avec un sortilège de récurage qui décrasserait cette grande bouche malfaisante.

Heureusement pour lui, une remarque de Damon tira brusquement Cassidy de ses rêves de vengeance délirante. Ah oui, la cuisine, et les chouquettes fourrées à la crème, c’était ça qui avait motivé leur infraction au règlement, pas les mises à jour des contentieux avec les divers imbéciles qui peuplait cette école. Si Cassidy avait voulu s’attaquer à cette tâche herculéenne, il faudrait que ça devienne un emploi à plein temps. Puis Cassidy jugeait qu’elle s’était attiré assez d’ennuis pour la journée, ça serait forcé sa chance que de déclencher un duel dans les couloirs en plein couvre-feu. Elle même n’était pas assez idiote pour tenter le coup.

Elle hocha la tête en signe de dénégation, abaissa sa baguette toujours pointée sur les deux Serdaigles et la rangea dans sa poche.

« Il a raison. Les cuisines nous attendent, et j’ai pas de temps à perdre avec vous. Je propose qu’on aille chacun de notre côté, faire ce qu’on a à faire et voilà. »
« Allons Faulkner, on se dégonfle ? »
« C’est ça, fait pareil avec ta grosse tête, ça fera plaisir à tout le monde. »
répondit-elle par-dessus son épaule, tandis qu’elle emboîtait le pas à un Damon, laissé de jouer les poteaux.


En quelques enjambés rapides de ces petites jambes, elle rattrapa le jeune garçon, qui s’avançait tranquillement en direction des cuisines.

« Qu’est-ce qu’on croise comme casse chaudron dans les couloirs la nuit, à croire que plus sévère est le règlement, plus ça donne envie de l’enfreindre. On va peut-être même croiser l’Armée de Dumbledore, ça me ferait bien marrer tiens ! »


L’Armée de Dumbledore était depuis quelque temps le sujet de tous les bruits de couloirs, les plus délirants parfois. Il se racontait que certains élèves auraient disparus, ceux qui étaient dans le colimateur des Carrows et du Ministère. On avait au début pensé qu’ils avaient quitté, si ce n’était le pays, au moins l’école. Mais diverses actions nocturnes laissait à croire qu’il n’en était rien. Et, à en croire la rumeur, ils étaient encore ici, menant la résistance au nez et à la barbe des Mangemorts, emmenés par rien de moins (et moins que rien) que Neville Longdubat. Ce qui était selon Cassie la partie la plus rocambolesque de ce conte tordu.

« Tu crois que c’est vrai qu’ils sont encore dans le château ? Et que c’est Longdubat qui mène le bal ? » demanda-t-elle d’un ton incrédule.

Même si la Gryffondor était tout en faveur d’une quelconque initiative visant à rendre la vie impossible aux Carrows, c’était trop lui en demandé que de soutenir un groupe qui se réclamait de Dumbledore et qui attendait Saint-Potter-Des-Sang-De-Bourbe comme le messie. Elle n’était après tout qu’une jeune sang-pur de bonne famille, et son Mangemort de grand-père était sûr de faire une crise cardiaque si elle s’embarquait là-dedans.

« Dommage que les jumeaux Weasley soient plus là, avec la vie qu’ils avaient menés à Ombrage, ils nous seraient utiles. »

Cassidy désapprouvait de toute son âme cette famille de rouquin traître à son sang, mais savait reconnaître le style quand elle le voyait, et en matière de disruption de l’environnement scolaire, on avait pas encore trouvé mieux.

La conversation fut interrompue par l’apparition de Nick Quasi-Sans-Tête, le fantôme de leur maison. Fantôme qui, ironiquement, ne semblait être plus que l’ombre de lui-même depuis la rentrée.

« Bonsoir Nick, on allait aux cuisines, vous sauriez nous donner le meilleur itinéraire ? »

Cassidy avait beaucoup d’affection pour le fantôme de Gryffondor, en passionnée d’histoire qu’elle était, elle ne manquait jamais une occasion de lui poser des questions, auquel il répondait avec plaisir. C’était une mine d’information, que les élèves sous-estimaient bien trop souvent. Mais surtout, il était loyal, de mémoire, personne ne pouvait citer une seule fois où ce bon vieux Nick n’avait pas aidé les élèves à échapper aux griffes du concierge ou de Peeves.

Suivant les conseils du fantôme, ils arrivèrent enfin aux cuisines. Cassidy chatouilla la grosse poire du tableau, qui se tortilla avant de se transformer en poignée, qu’elle tourna. La porte s’ouvrit, et ils se glissèrent dans les cuisines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pas Le Temps Pour Les Regrets

Revenir en haut Aller en bas

Pas Le Temps Pour Les Regrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Ecosse

 :: Ruines de Poudlard
-